pret immobilier acheter immobilier en Espagne

Prêt immobilier : comment (bien) préparer son dossier bancaire ?

Un dossier bancaire bien préparé est la clef pour l’obtention d’un prêt immobilier.  

Devenir le parfait candidat au crédit immobilier, ça se prépare. La banque se demande si vous êtes un bon gestionnaire et si elle peut vous faire confiance. Si vous lui soumettez un dossier complet et solide, vous doublerez vos chances d’avoir le prêt immobilier que vous souhaitez. Et votre demande sera prise en compte dans les meilleurs délais.

Notre conseil : soumettez votre demande de prêt immobilier avant votre recherche et non pas après.

Découvrez dans cet article tous les secrets pour bien préparer son dossier bancaire. Et n’oubliez pas qu’en tant que conseiller immobilier, nous sommes à votre service pour la recherche de financement et monter votre dossier de prêt immobilier.

La demande de prêt immobilier avant tout !

Contrairement à ce que vous pensez et à ce que les courtiers, agents immobiliers et même les banquiers affirment, il vaut mieux préparer votre dossier bancaire avant de démarrer la recherche de son bien immobilier.

Pourquoi ? Parce que ça vous évitera de mauvaises surprises ! Connaissez-vous le montant que la banque pourra vous prêter et surtout si elle pourra vous prêter ? Aujourd’hui, presque tous ceux qui auront besoin d’un prêt immobilier entament des recherches sans avoir de réponses à ces deux questions essentielles ! Tous les jours, nous sommes contactés par des personnes qui n’ont pas obtenu leur prêt bancaire ou qui ont seulement une partie, et elles nous demandent de faire des miracles : récupérer la somme versée lors du compromis de vente, trouver en moins de 48 heures une banque qui acceptera de leur donner plus… Quelquefois nous pouvons résoudre ces problèmes, mais le plus souvent c’est impossible.

En montant votre dossier de prêt immobilier en amont de vos recherches, vous pourrez obtenir confirmation du montant du financement disponible et faire avancer votre projet en toute sécurité. C’est-à-dire faire vos recherches en sachant que vous avez la capacité d’acheter pour un montant déterminé. Vous ne demandez pas une offre de prêt ferme à votre banquier mais un accord de principe sur un montant, une durée et un taux (et si possible des conditions).

Nous avons toujours tendance à surévaluer nos capacités d’emprunt. Ce qui finit par créer des situations dont il est parfois difficile, voire impossible de sortir. Trois exemples vécus en 2019 :

  • Après un mois de recherche, un couple Lillois a trouvé le bien de ses rêves, un appartement de 80 m2 sur la Costa Del Sol à 250.000 euros. Ils versent 000 euros pour réserver ce bien. Ils vont alors voir leur banquier français espérant pouvoir emprunter 200.000 euros à un taux de 1%. Réponse du banquier : nous ne prêtons pas pour un investissement immobilier en Espagne. Ils vont voir une autre banque française qui accorde des prêts pour les acquisitions en Espagne : et là encore, c’est un refus car notre couple n’a aucun bien à mettre en caution alors qu’il dispose d’un revenu familial confortable (6000 euros par mois). En désespoir de cause, ils se tournent alors vers les banques espagnoles qui leur répondent qu’elles peuvent leur prêter au maximum 160.000 euros à un taux de 2,2%. Coincés car pressés par les délais sous peine de perdre leur réserve de 4.000 euros et leur appartement, ils s’endettent pour la différence de 40.000 euros, auprès d’un organisme de crédit qui leur accorde un prêt correspondant à un taux de… 4,5% ! Sans bien sûr en aviser la banque espagnole qui pourrait revenir sur sa décision d’accorder son prêt. Bref, perte d’argent et prise de tête.
  • Un jeune célibataire parisien avec un revenu confortable de 8.000 euros mensuel a trouvé un magnifique studio en première ligne à Palma de Majorque à 290.000 euros. il verse 5.000 euros de réserve. Au final, il ne trouvera aucune banque qui lui prêtera, ni en France car il n’a aucun bien en caution, ni en Espagne car il a déjà des crédits en cours (2 voitures, crédits à la consommation divers) qui représentent 3500 euros par mois. Il a en plus perdu ses 5.000 euros de réserve car il n’avait pas mis une clause de récupération de cette réserve en cas de non obtention de prêt. Du temps et de l’argent de perdu.
  • Un autre exemple encore : un couple de retraités belges qui s’est fixé un budget de 350.000 euros pour un grand appartement à Séville et qui a 50.000 euros de fonds propres. Ils le trouvent mais aucune banque ne leur prêtera plus de 200.000 euros au vu de leurs revenus et de leur âge ! Conclusion, ils se remettent à chercher pour un budget inférieur de 100.000 euros à ce qu’ils pensaient au départ. Du temps perdu.

Suivez notre conseil : montez votre dossier de demande de prêt immobilier et allez voir les banquiers AVANT votre recherche du bien.

Nous écrivons les « banquiers » car il faut les mettre en concurrence. Cela ne vous coûte rien et ne vous demande pas plus de travail : le dossier de prêt est le même pour toute les banques. Comparez les banques pour obtenir le meilleur taux et les meilleures conditions de crédit. Un crédit vous engage et doit être remboursé, ainsi, vérifiez bien les conditions du crédit, les modalités de remboursement, la modularité des mensualités, l’assurance de crédit, les pénalités éventuelles en cas de remboursement anticipé, etc.

Remarque : tout ceci est valable pour un prêt immobilier dans n’importe quel pays évidemment.

Le montant du prêt accordé dépend du taux d’endettement

Normalement, le taux d’endettement (dettes et charges fixes mensuelles / revenus) ne peut pas dépasser 33% de vos revenus nets, sauf si le reste à vivre est important.

  • Revenus pris en compte dans le taux d’endettement = salaires nets + autres revenus financiers (les revenus locatifs ne sont pris en compte qu’à 70%, les aides sociales ou pensions alimentaires ne sont pas prises en compte)
  • Dettes et charges fixes mensuelles prises en compte dans le taux d’endettement =emprunts actuels + loyer et charges locatives + assurances + pension alimentaire + frais scolarité privé…
  • Reste à vivre = différence entre revenus et dettes et charges fixes mensuelles

Le taux d’endettement peut dépasser 33% des revenus si le reste à vivre est conséquent. Par exemple, un couple dont les deux conjoints sont en Contrat à Durée Indéterminée disposant d’un reste à vivre important pourra avoir un taux d’endettement acceptable pour les banques qui peut monter à 40%.

Exemple de calcul du montant d’un prêt :

  • Mr et Mme Richard ont 50 ans et disposent d’un revenu (tel que défini ci-dessus) de 3300 euros en France. Ils n’ont plus d’enfants à charge et souhaitent acquérir une résidence secondaire en Andalousie. Leurs dettes et charges fixes mensuelles sont de 600 euros (ils ont déjà remboursé le prêt de leur résidence principale en France). Ils ont donc un taux d’endettement de 18% (600/3300) et un reste à vivre de 2700 euros. 33% correspondent à 1090 €. Le banquier peut donc leur accorder un prêt hypothécaire sur 20 ans avec des mensualités de 490 € (1090-600) par mois à 1%. Ils pourront obtenir 106.000 euros de prêt. Avec leurs 29.000 euros d’économie, ils peuvent acquérir un bien pour une valeur de 135.000 euros (impôts, frais et charges d’acquisition compris) en Andalousie : leur recherche devra donc porter sur des biens affichés à un prix maximum de 120.000 euros.

Un prêt immobilier hors d’Espagne pour un bien en Espagne

Evidemment, cela semble naturel, vous habitez en France, en Belgique ou en Suisse, vous y avez votre compte bancaire 20 ans, votre banquier vous connaît bien. Donc autant lui demander un prêt immobilier, d’autant que les taux sont plus intéressants qu’en Espagne (environ 1% hors d’Espagne pour 2% en Espagne pour des prêts de 20 ans).

Mais… mais les banques à Paris, Bruxelles et Genève ne sont pas si nombreuses à accorder des prêts pour des investissements immobiliers en Espagne. Pourquoi ? Parce qu’elles ne gagnent plus d’argent avec et qu’elles prennent des risques en le faisant ! C’est pourquoi, quand elles le font, elles vous demanderont une garantie, le plus souvent un autre bien obligatoirement situé dans votre pays. Par exemple une hypothèque sur votre résidence principale ou sur un autre bien immobilier.

Astuces : la plupart des banques ont aujourd’hui un département international à même de traiter certains profils ou certaines demandes – que les conseillers en agences ne connaissent pas toujours. Demandez à votre banquier de se renseigner pour savoir comment entrer en contact avec ce département.

Avec ce genre de prêt, vous pourrez obtenir jusqu’à 90% du prix d’achat de votre bien en Espagne, très rarement plus. Le plus souvent sur 20 ans.

Il vous restera quand même au minimum 19 à 23% à amener en apport personnel : les frais d’hypothèque, les 10% du prix d’achat manquant et les impôts, frais et charges sur votre achat en Espagne (l’ITP est un impôt variable de 4 à 11% selon les régions).

Un prêt immobilier en Espagne

Quelle que soit la nationalité, les banques espagnoles font une distinction importante entre les clients non-résidents et les résidents. Le montant du capital qu’il est possible d’emprunter pour un prêt immobilier, le taux d’intérêt et la durée du prêt diffèrent.

Le prêt est associé à une hypothèque dans presque tous les cas. Lors d’une acquisition immobilière en Espagne, le client doit justifier auprès de la banque espagnole l’origine des fonds apportés (relevés de comptes dans son pays d’origine par exemple) pour réaliser l’opération. Cette exigence est une obligation légale pour empêcher le blanchiment d’argent.

Particularité des banques espagnoles :

  • Le montant du prêt est le plus souvent proportionnel à la plus faible valeur entre le prix de vente négocié et la valeur de la tasacion (estimation de la valeur du bien), et pour quelques banques il dépend seulement de la valeur de la tasacion.
  • Elles proposent des prêts à taux fixes, mais aussi des prêts à taux variables. Ces derniers étaient même la norme au moment de la crise immobilière il y a 12 ans. Nous vous conseillons de privilégier les prêts à taux fixe, on évite ainsi de mauvaises surprises !
Vous êtes résident

Les banques espagnoles offrent aux résidents un financement allant jusqu’à 80% de la valeur du bien. Ce pourcentage peut être dépassé pour certaines entités bancaires, moyennant des garanties plus importantes et sous certaines conditions. Par exemple, les taux des prêts proposés pour acquérir une résidence principale sont en moyenne plus avantageux, et le pourcentage de financement plus important que pour l’achat d’une résidence secondaire. Ou si le taux d’endettement de l’emprunteur est inférieur à 15% et le reste à vivre conséquent.

La plupart des prêts sont accordés pour des durées de 20 à 30 ans avec un taux voisin de 2%.

Remarque : un salarié d’une multinationale expatrié par son entreprise (contrat de détachement ou contrat local) bénéficiera de conditions plus avantageuses qu’un «globe-trotter», c’est-à-dire une personne partie travailler de son propre chef en Espagne.

Vous êtes non résident

Les conditions d’emprunt sont moins avantageuses si vous êtes non-résidents : le financement ne dépasse pas 70% de la valeur du bien, et les taux proposés sont souvent moins intéressants (de 0,2 à 0,4% de plus). En cas de défaut de paiement, la banque veut être sûre que la valeur de la propriété acquise peut couvrir le remboursement du prêt.

Si le non-résident peut démontrer des attaches familiales en Espagne, dispose d’une caution ou est co-titulaire d’un compte bancaire avec un résident, le pourcentage de la valeur d’acquisition peut être revu à la hausse, voire égal à celui offert aux résidents.

La durée maximale d’emprunt ne peut généralement pas excéder 20 ans.

La banque peut exiger que le non-résident fasse traduire ses documents en espagnol par un traducteur agréé.

Le dossier de prêt

Que faut-il faire avant de présenter sa demande de prêt immobilier au banquier ?

Quelles pièces trouve-t-on dans le dossier de prêt ?

Comment préparer le dossier de demande ?

Comment surprendre le banquier ?

Avant de présenter sa demande à la banque

Vous avez un certain nombre d’opérations à réaliser avant de déposer votre demande de prêt immobilier à la banque. Cela peut prendre du temps mais c’est toujours payant.

D’abord, nettoyez vos comptes !

Vos trois derniers relevés de comptes devront être fournis à la banque dans votre dossier de demande de crédit. Ils serviront notamment à calculer votre capacité d’endettement et votre reste à vivre, mais aussi à déterminer si vous êtes un bon gestionnaire. Certains comportements (découverts, crédits à la consommation) sont en effet très mal perçus et pourraient vous bloquer l’accès au crédit immobilier. Ils signalent au banquier que la personne a du mal à gérer son argent et qu’elle risque de ce fait d’avoir des difficultés à rembourser son prêt, notamment avec des retards de paiement ou des impayés.

Votre capacité d’endettement doit se limiter normalement à 33% de vos revenus nets (voir le chapitre sur le sujet). Si vous avez d’autres emprunts en cours (un prêt étudiant, un crédit à la consommation, etc.), sachez qu’ils rentrent dans le calcul de ce taux. Les banques détestent les crédits à la consommation autre que ceux dédiés à l’achat d’un véhicule familial. Donc nettoyez et si possible soldez tous vos prêts avant de proposer le dossier de prêt. Vous augmenterez ainsi  votre capacité d’endettement.

Il faut absolument proscrire les incidents de paiement. Les découverts bancaires donneront une mauvaise image de vous. Pour certaines banques. L’absence de découvert bancaire est une condition non négociable. Soyez prévoyant et évitez les découverts trois mois avant votre demande de prêt immobilier.

Astuce : (1) Si vous avez eu un découvert dans les 3 derniers mois, attendez la date où ce découvert n’apparaîtra plus avant de présenter votre dossier. (2) Si vous avez un ou plusieurs emprunts en cours, essayez de les solder et présentez vos relevés bancaires avec le minimum d’emprunts, voire aucun emprunt.

Epargnez !

Pour appuyer votre dossier de prêt immobilier, vous devez consolider votre épargne.

Par-dessus tout, parce qu’elle est nécessaire pour votre apport personnel dans le projet d’acquisition. Sans une épargne ou d’autres ressources financières au minimum égale à l’apport, inutile de penser à acquérir quoique ce soit. Et n’oubliez pas que cet apport peut varier au minimum de 15% (cas d’un emprunt bancaire en France, en Belgique ou en Suisse pour une acquisition dans la région la plus avantageuse fiscalement, le Pays Basque) à un maximum de… 45% de la valeur d’acquisition (cas d’un emprunt bancaire en Espagne pour un non-résident pour une acquisition dans les régions les moins avantageuses fiscalement, la Catalogne ou la région valencienne par exemple) !

Constituer une épargne bien en amont de votre projet d’acquisition améliore aussi significativement votre dossier de demande de prêt immobilier pour différentes raisons.

D’abord, la banque est rassurée sur votre capacité à épargner. En effet, même si vos revenus sont élevés, mais que vous ne vous êtes jamais astreint à épargner régulièrement, votre reste à vivre diminuera drastiquement. Ce saut de charge fera peur à la banque. Et elle se demandera légitimement si vous serez capable de réduire votre train de vie.

Par ailleurs, si votre épargne est conséquente, elle sécurise en partie le risque de défaut de paiement pour la banque : vos liquidités pourront être utilisées pour payer vos mensualités.

Enfin, si vous empruntez auprès d’une banque dont vous n’étiez pas client, celle-ci espère aussi vous vendre des produits d’épargne. Le prêt immobilier est, pour les banques, un formidable moyen d’attirer de nouveaux clients sur le long terme.

Un CDI mieux qu’un CDD

Si vous êtes en Contrat à Durée Déterminée et que vous savez qu’on va vous proposer dans quelques mois un Contrat à Durée Indéterminée, attendez ces quelques mois avant de faire votre demande de prêt. Un banquier prête plus souvent et plus à un CDI qu’à un CDD.

Les chefs d’entreprise non-salariés, les  intermittents, les auto-entrepreneurs, les professions libérales et même les retraités parviennent aussi régulièrement à décrocher un prêt immobilier. Le principal est de prouver à la banque que vous avez des revenus réguliers. Si une partie de votre revenu est variable, la banque fera la moyenne sur les trois dernières années.

Soyez patient !

Solder des prêts à la consommation, s’astreindre à ne pas avoir de découverts, constituer une épargne conséquente, changer de statut… Au final, toute cela prend du temps, parfois 6 mois, parfois beaucoup plus mais c’est le prix à payer pour avoir une demande de prêt accepté à un niveau satisfaisant.

Des clients ont réussi à augmenter de 50% leur capacité d’endettement en utilisant ces méthodes !

Les pièces du dossier de demande de prêt immobilier

S’i y a plusieurs co-emprunteurs, le dossier doit nécessairement contenir les documents relatifs à toutes les personnes souscrivant l’emprunt.

Pour demander un crédit immobilier, vous devrez justifier votre identité, vos ressources et vos charges actuelles (loyer, crédit en cours).

Documents personnels

Ci-dessous la liste des pièces justificatives personnelles, formant la première condition de prêt immobilier à intégrer au dossier :

  • NIE (Numéro d’identification des étrangers), une obligation pour tous les étrangers souhaitant acheter en Espagne. Attention, cela peut prendre jusqu’à 2 mois pour l’obtenir.
  • Pièce d’identité (carte d’identité ou passeport).
  • Justificatif de situation familiale (livret de famille ou de mariage, certificat de Pacs, etc.) si vous empruntez en couple.
  • Régime matrimonial et contrat de mariage éventuellement
  • Justificatif de domicile datant de moins de 3 mois (quittance de loyer, factures d’électricité, d’eau ou de téléphone, attestation d’hébergement, empadronamiento en Espagne, etc.).
Documents liés à vos ressources et vos charges

Seconde condition pour obtenir un crédit immobilier, les pièces justifiant de vos ressources et des éventuelles charges qui vous incombent :

  • Contrat de travail et 3 derniers bulletins de salaire si vous êtes salarié
  • 3 derniers justificatifs de versement de retraite ou de pension si vous êtes retraité ou pensionné.
  • 3 derniers bilans comptables (3 ans) si vous êtes à votre compte (entrepreneurs non-salariés, professions libérales, commerçants, artisans ou agriculteurs).
  • Statuts et Kbis en France, BCE en Belgique ou extrait du registre du commerce en Suisse si vous êtes entrepreneur non salarié
  • Relevés de vos comptes bancaires des 3 (ou 6 selon les banques) derniers mois.
  • 2 ou 3 derniers avis d’imposition.
  • Justificatifs de tout crédit en cours.
  • Tout document attestant d’éventuels revenus fonciers.
  • Actes de propriété des biens en nom propre et en SCI (statuts de la SCI) et tableau amortissement des prêts en cours.
  • Justificatif de l’apport personnel.
D’autres informations et documents

Si vous avez un patrimoine immobilier, présentez-le. Il sera moins valorisé par la banque. Il est en effet moins facilement solvable, mais il vient dans tous les cas valoriser votre dossier de demande de prêt. Dans le cas où vous ferez un prêt en dehors d’Espagne, il sera indispensable dans votre pays pour asseoir l’hypothèque du crédit nécessaire à l’acquisition.

N’hésitez pas à ajouter au dossier de crédit immobilier tous les autres documents qui pourraient mettre en valeur votre sérieux financier. En particulier les Placements d’épargne (différents livrets d’épargne, assurance-vie). Tout est bon pour convaincre la banque que vous avez les reins suffisamment solides pour votre emprunt.

N’essayez pas de dissimuler quoi que ce soit à votre banquier, il finira par le découvrir et cela aura une répercussion  très négative sur votre demande de crédit. Avouez à votre banquier vos points faibles mais mettez en valeur vos points forts. L’objectif est de prouver à la banque que vous ne présentez pas de risque de défaut de paiement.

Des informations sur votre projet

Présentez votre projet d’acquisition immobilière en Espagne en quelques lignes :

  • Que recherchez-vous ? Appartement ou villa (superficie, chambres, services de proximité, vue, etc.), neuf ou ancien
  • Où ? Région, ville, littoral, campagne, centre-ville, périphérie
  • Pour quelle finalité ? Résidence principale, résidence secondaire, investissement locatif (location longue durée, location temporaire, location touristique)
  • Etude du marché ? Prix et évolution du marché, rentabilité locative, fiscalité locale, etc.

Plus vous montrerez que vous savez ce que vous voulez et que vous connaissez le marché, plus l’impression laissée par votre dossier sera bonne : c’est ce petit plus qui pourra faire pencher le dossier du bon côté en cas d’hésitation du banquier.

Préparez un plan de financement

Cerise sur le gâteau : pour le convaincre définitivement, faites un plan de financement. Il s’agit de réaliser un budget prévisionnel simplifié qui reprend vos revenus et vos charges mensuelles estimées sur les années à venir en ajoutant la mensualité du prêt immobilier.

Faire un plan de financement pour votre prêt immobilier vous permettra aussi de juger si vous serez capable d’assumer le remboursement de votre prêt sur les années à venir.

Montrez ce budget prévisionnel à votre banquier. Il ne pourra qu’y être sensible. Cela augmentera vos chances d’obtenir votre prêt immobilier.

Allez voir le(s) banquier(s)

Prenez rendez-vous avec les banquiers. Allez en voir plusieurs pour les mettre en concurrence et avoir une solution de repli en cas de rétractation de l’un deux.

Vous verrez, le plus souvent, ils seront agréablement surpris par votre démarche en amont. Quelques-uns pourront vous dire de revenir quand vous aurez trouvé votre bien. Dites-leur que vous êtes seulement là pour une étude rapide de votre projet, avoir un accord de principe et connaître le montant maximum et les conditions du prêt immobilier que la banque pourrait vous accorder. Un banquier qui connaît son métier (oui ça existe !) devrait pouvoir vous donner une première appréciation en moins de 15 minutes.

Vous devrez montrer les documents originaux à la consultation. Vous laisserez un dossier contenant des copies de ces éléments (sur clef USB, ce sera plus simple que les papiers), dès lors que le banquier aura pu vérifier les documents originaux.

Comparez les offres bancaires pour obtenir le meilleur taux et les meilleures conditions de crédit. Un crédit vous engage et doit être remboursé, ainsi, vérifiez bien les conditions du crédit, les modalités de remboursement, la modularité des mensualités, l’assurance de crédit, les pénalités éventuelles en cas de remboursement anticipé, etc.

Vous avez un accord de principe d’une ou plusieurs banques. Vous êtes alors prêt pour aller rechercher votre bien immobilier en Espagne ou alors vous adresser à un conseiller immobilier qui pourra le faire pour vous et vous assistera dans votre acquisition jusqu’au contrat de vente final. Il peut d’ailleurs vous aider à monter votre dossier bancaire.

Vous avez trouvé votre bien, demandez une offre ferme

Attention l’accord de principe du banquier n’est pas un document contractuel.

Après vos recherches ou celles de votre conseiller immobilier, vous avez trouvé un bien qui correspond à votre budget et au montant que la banque s’est engagée à vous prêter lors de votre négociation. Vous avez signé un contrat de réservation ou un compromis de vente (après avoir contrôlé le bien évidemment). Vous pouvez alors retourner voir votre banque pour avoir son offre de prêt ferme et définitive (qui doit correspondre à ce qu’elle vous avait dit).

Il vous faudra réactualiser votre dossier initial, en particulier les documents personnels, de revenus et de charges à la date de rendez-vous. Et y retourner avec l’ensemble des documents originaux et les copies réactualisées sur la clef USB.

Vous devrez aussi joindre les documents relatifs à votre projet immobilier :

  • Nota simple du bien retenu
  • Contrat de réservation ou compromis de vente ou promesse de vente (signé)

Tout devrait alors très bien se passer !

pret immobilier acheter immobilier en Espagne 1

———-

Quelques exemples de dossiers difficiles mais qui passent avec le temps et un bon dossier

Pour ne pas vous décourager, voici quelques exemples de dossiers difficiles. Mais qui ont réussi à trouver un financement avec un peu de temps et un dossier bien préparé.

Vous êtes jeune et vous n’avez pas d’épargne. Expliquez d’ores et déjà à votre banquier que vous êtes en début de carrière. Et que vous commencez déjà à constituer votre épargne en vue d’un futur investissement immobilier en Espagne. Si vous avez un contrat stable tel qu’un CDI, mettant en avant ce point fort. Si vous lui dites que c’est destiné à un investissement locatif, il sera aussi plus sensibilisé (votre bien vous procurant des revenus qui peuvent payer tout ou partie du crédit). Six mois ou un an après, vous le rencontrez à nouveau. Il constate alors que vous avez constitué votre épargne et que vous avez bien étudié votre projet. Il acceptera sans doute un crédit sur 30 ans.

Vous n’avez pas de CDI. Si vous avez des revenus réguliers (CDD, allocations, autres revenus), expliquez-le à votre banquier. Et accentuez la régularité de ces revenus sur le long terme. Commencez aussi à épargner. Si vous avez ou commencez à avoir des revenus supplémentaires, faites-le savoir à votre banquier et tentez votre chance.

Vous résidez déjà en Espagne et vous avez de petits revenus. Malgré vos faibles revenus vous avez une gestion saine de vos finances et vous arrivez même à épargner. Mettez alors ce point fort en avant lors de la constitution de votre dossier. Il démontrera de la rigueur dans la gestion de vos revenus. En prenant un crédit, vous payerez votre mensualité à la place de votre loyer. Cela aura de ce fait une incidence faible sur la gestion de votre budget. Vous serez donc en mesure de rembourser votre prêt. Le banquier espagnol le comprendra.

.

La reproduction partielle ou complète de ce document est autorisée avec mention de la source ci-dessous

© acheterenespagne.fr – Janvier 2020 – Prêt immobilier : comment (bien) préparer son dossier bancaire ?

___________________________________

Acheter en Espagne au meilleur prix

en toute tranquillité et en toute sécurité.

Faites appel à un conseiller immobilier francophone.

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires. Depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition. En passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

Envoyez un mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou remplissez le formulaire ci-dessous.

___________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *